Hommage à Cicely Tyson : 96 ans de dévotion pour la communauté noire

google

Connue pour ses rôles portrayant la Femme Noire digne, forte et belle, Cicely Tyson décède à l’âge de 96 ans. La mort de Tyson a été annoncée par sa famille Jeudi, le 28 Janvier, et par son agent Larry Thompson. Aucun détail supplémentaire n’a été fourni sur les causes précises de son départ. « Le cœur lourd, la famille de Mlle Cicely Tyson annonce sa transition paisible cet après-midi », a transmis Thompson.

Instagram

Cicely Tyson était une actrice et activiste Américaine. Elle a toujours milité pour la ‘race’ et le ‘genre’. Elle est apparue dans plusieurs longs métrages à succès qui ont entrainé plusieurs reconnaissances et titres honorifiques. Après « Sounder » et « Miss Jane Pittman », elle a continué à rechercher des rôles télévisés qui avaient des messages d’inspiration. Ce fut une réussite incontestable avec « Roots » et « King » (à propos de Martin Luther King) et « The Rosa Parks Story ».

Elle a été honorée en tant que premier récipiendaire du prix du Festival international du film Faith and Family aux premiers Legends Awards de Bishop T.D. Jakes en 2017.

google

Pour avoir été l’amie de la célèbre poète Maria Angelou, Cicely Tyson n’a jamais pris sa retraite. Elle a dédié sa vie pour rehausser l’image de la Femme Noire dans le cinéma Américain. Elle était particulièrement proche des acteurs comme Denzel Washington, Viola Davis, Kerry Washington, Cathy Tyson (sa nièce), Tyler Perry, Oprah Winphrey et bien d’autres qui ont pu accéder à un chemin déjà tracé par l’icône. Elle a servi de miroir aux autres femmes noires de plusieurs générations. Même sans mots, elle les a exhortées à voir la même beauté en elles. Un cadeau à l’humanité : Inspirée toute sa vie par son hymne chrétien favori (Blessed Assurance), elle publie son mémoire deux jours avant son départ inattendu. « Just as I am » (Juste telle que je suis).

« Pourtant, je suis… la fille d’église qui disait rarement un mot. Je suis l’adolescente qui a cherché du réconfort dans les vers du vieil hymne pour lequel ce livre est nommé. Je suis une fille et une mère, une sœur et une amie. Je suis une observatrice de la nature humaine et la rêveuse de rêves audacieux. Je suis une femme qui a fait un mal aussi incommensurable que j’ai aimé, une enfant de Dieu divinement guidée par sa main. Et ici, dans ma neuvième décennie, je suis une femme qui, enfin, a quelque chose de significatif à dire », a écrit Tyson dans la description de son livre.

A son âge, ne plus faire partie de ce monde était une chose imminente. Mais Dieu était son roc jusqu’à la fin.

« Je ne sais pas quand mon jour arrivera. Aucun de nous ne le sait. C’est pourquoi, dès que mes yeux s’ouvrent chaque matin, je Lui dis merci. Merci, Père, pour le cadeau d’un autre jour. Merci pour encore un souffle. Merci pour l’opportunité sacrée de vivre cette vie. De la façon dont je le vois, Dieu n’en a pas fini avec moi. Et quand j’aurai terminé mon travail, il m’emmènera. Jusque-là, j’ai beaucoup à faire », a écrit Tyson.

Lors de sa dernière entrevue pour Oprah Magazine, ses dernières paroles étaient les suivantes : « J’aimerais qu’on se souvienne tout simplement que j’ai fait de mon mieux. J’ai donné le meilleur de moi-même. »

C’est une très grande perte, mais nous croyons que sa mission est désormais accomplie !

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blossom Magazine recommande